La vérité ? Pour moi, la grossesse c'était 10 lunes, 14 kilos et une collection de vergetures. Un tas d'incertitudes, l'impression de naviguer en eaux troubles, mais la plus magique des relations que j'ai été amenée à vivre.

C'était des nausées du matin au soir pendant des semaines, parfois même la nuit, puis de l'acidité gastrique jusqu'aux oreilles et des siestes à toute heure du jour. Mais c'était aussi une toute nouvelle relation à mon corps. J'ai tellement appris à m'aimer et me respecter.

La vérité de l'accouchement ? Je n'étais pas préparée à la durée du processus. Apparemment on me l'avait dit, mais j'avais pas bien compris que oui, on peut avoir des contractions plusieurs jours d'affilée. Du coup j'y ai cru, on a fait une répétition générale et on est revenus penauds, sans bébé. L'intensité des contractions. Celles qui m'ont ouvertes. Rien ne prépare à ça. Je n'ai pas vraiment eu l'impression de souffrir, et d'avoir mal, mais ça été intense, ça oui. La perte de repères, la distorsion temporelle. Ces chiffres qui soudain ne voulaient plus rien dire pour moi : 8 cm, 20 minutes, 2 heures, ... Je ne parlais plus cette langue-là.

Les liquides : méconium, urine, selles, liquide amniotique, sang, ... Et moi, là, au milieu de tout ça, au milieu de ce petit océan de liquides. Mais complètement comblée. Shootée comme jamais, planant dans une dimension ocytocique. Un voyage dont je ne suis pas revenue la même. Une épopée vers mon bébé, mais aussi vers moi.

La vérité de l'allaitement ? Un eczéma, des engorgements, des canaux bouchés, le feu de la candidose. Et les jours de pointe passés dans le canapé, le buste à disposition de la soif insatiable d'un bébé de quelques semaines, mais servie comme une reine par son père. Dès heures de corps à corps, l'apprentissage du non-rythme et les siestes juste parce qu'on est bien là. La liberté de pouvoir partir loin sur un coup de tête en sachant qu'il y aurait toujours une tétée à proposer à bébé au cas où.

Le brouillard délicieux de l'ocytocine qui accompagne chacun de ces moments.