Dire qu'on a eu peur. De ne pas gérer, de ne pas y arriver. Peur du manque de sommeil, du changement de vie que représente un enfant, du poids de la responsabilité.

Dire qu'il y a eu une vie où j'allais au toilette, seule, tranquille. Une vie où grasse matinée rimait avec 10h, ou même 11h. Dire qu'avant, je pouvais prendre des bains très chaud, allumer des bougies et y lire un livre pendant 1h. Dire que faire tourner la machine 1 weekend sur deux suffisait à tenir le linge à jour. Que parfois, pour souper, un paquet de chips format familial faisait l'affaire.

Et dire que j'ai cru que ta présence nous empêcherait de voyager, promener et sortir. Dire que j'ai imaginé pouvoir te laisser chez une gardienne 11h par jour, qu'à 6 mois tu dormirais dans ton petit lit dans ta chambre et que partir un weekend sans toi était une idée plaisante.

Dire que ça a été toi, Eleanor. Dire que ça aurait pu être un autre bébé, une autre âme. Dire que ça aurait pu être un autre timing. Une toute autre expérience.

Dire qu'il y a eu une vie où tu n'existais pas. Un espace-temps où je n'étais pas maman. Une Manon pas encore ouverte comme je le suis aujourd'hui.  Te porter en moi, t'enfanter m'a tant appris.

Dire que tu es magnifique, tellement toi, tellement unique. Et dire que tu nous as appris plus, ces derniers mois, que ce que nous, parents, t'avons appris jusqu'ici. Dire que tu es si débrouillarde, si compétente.

Et dire qu'il y a encore tellement de choses qu'on ne soupçonne pas. Toutes ces possibilités ouvertes devant nous, toutes ces réalités qui nous tendent les bras.

Dire que 15 mois déjà ... Seulement ?